Chalet Aconcagua

Chalet Aconcagua

L’apogée secrète du luxe zermattois

Texte
Claude Hervé-Bazin
Copyright
Yves Garneau
Parution
Hiver 2016-2017

Oubliez le luxe et même l’ultra-luxe. Au sommet de l’Aconcagua, on parlera plutôt d’art. L’espace se fait ici vitrine d’une pensée qui transcende le temps et les lieux pour définir une identité nouvelle, une manière de faire différente. On pourrait évoquer une rencontre des plus beaux matériaux indémodables (bois, pierre) et de la pensée contemporaine. Mais il y a davantage.

L’architecture, c’est formuler les problèmes avec clarté, avait coutume de dire Le Corbusier. Au Chalet Aconcagua, l’architecture est non seulement pensée avec précision, mais s’inscrit aussi et avant tout dans une quête constante du beau, de l’équilibre, de l’harmonie. Des bruns de terre, des blancs joliment cassés font écho aux boiseries anciennes, à des touches argent, à des céramiques et des pans de mur d’un noir mat profond, que mettent en valeur des lumières d’une densité rare. Plus qu’utilitaire, l’éclairage sculpte ici l’espace, anime ses œuvres d’art et son mobilier choisi – à l’image de ces fantasques suspensions italiennes en pendeloques ornant la salle à manger à la manière d’un bouquet de stalactites.

On ne parlera pas de souci du détail. Chaque élément est un détail. Chaque pièce est choisie, chaque mur, chaque baie vitrée répond à un schéma longuement mûri, intégrant une vision globale dédiée à la meilleure manière de sublimer les 550 m2 du chalet et sa douillette opulence. Les savoir-faire technique et technologique sont eux aussi époustouflants. Ont-ils seulement leur égal sur cette planète? On peut en douter à voir les cuisines, si bien conçues que les chefs étoilés (invités à demeure par les gestionnaires de Haute Montagne) se bousculent pour y faire montre de leurs talents!

Salle de télévision, salle de sport, rien ne manque. Et surtout pas le spa, perché au sommet de l’édifice, avec son large jacuzzi en mosaïques et son hammam d’un jais intense. Au final, la mission assignée au cabinet allemand Diesigner semble plus que réussie: donner le ton d’une nouvelle manière de concevoir les grands chalets de luxe alpins.

www.7heavens.ch