Verbier

Pays du freeride

Texte Daniel Bauchervez / Photo Grant Gunderson
Date de parution Hiver 2017-2018

Le Freeride World Tour a fait la renommée mondiale des runs vertigineux du Bec des Rosses. Et, dans la foulée, les riders de tous poils ont découvert à Verbier un domaine de rêve où la poudre, les pentes raides et les ravins engagés donnent des ailes.

A Verbier, il y a bien sûr le domaine des 4 Vallées et ses 410 km de pistes balisées. Mais il y a aussi une jolie collection de sommets vierges qui tapissent le ciel de leurs éperons et déroulent leurs pentes ouateuses : le paradis blanc des freeriders. Pour ne rien gâcher, une partie des plus beaux itinéraires peut être atteinte assez aisément grâce aux remontées mécaniques. Lesquels ? En voici un bel échantillon. Les freeriders novices, qui s’initieront au préalable aux équipements de sécurité au DVA Park de La Chaux et prendront la précaution de se faire accompagner par un guide, peuvent tâter le terrain du côté du couloir du Creublet, fort goûteux après une belle chute de neige. On le rejoint sans peine depuis Les Attelas.

Le berceau du freeride
Au-dessus (physiquement comme techniquement), il y a le mont Gelé — surnommé « le Lhotse » pour ses airs de pyramide himalayenne. Le freeride bagnard y est né en 1966 après l’inauguration de la télécabine (récemment rebâtie), à une époque où on parlait encore juste de hors-piste. Rejoint depuis Les Attelas, le sommet, culminant à 3023 m, donne accès à un éventail d’une cinquantaine de couloirs à sélectionner en fonction des conditions. Parmi eux, deux sont sécurisés mais non préparés. L’un dévale sur le versant sud en direction de La Chaux, l’autre sur le versant oriental en direction de Tortin — un joli run de 4 km et 828 m de dénivelé qui allie des sections bosselées à un bon shoot d’adrénaline et une sacrée batterie de panoramas. Il rejoint, sur la finale, la belle piste « jaune » qui dévale du col des Gentianes, dont on susurre qu’elle formerait le plus long champ de bosses d’Europe. Autre alternative goûteuse depuis les Gentianes : rejoindre skis ou planche sur le dos le fameux Stairway to Heaven. Une grimpée sévère d’un gros quart d’heure récompensée, après la tempête, par un run — paradisiaque !— dans un large corridor poudreux.

Laisser parler la poudre
Plus exigeant au niveau de la technique de ski, le Backside Mont-Fort fait partie des grands classiques des descentes freeride de Verbier. Première étape: grimper jusqu’au point culminant du domaine (3300 m) pour saluer les Alpes. Prendre une bonne bouffée d’oxygène, retenir son souffle en traversant l’arête exposée conditionnant l’accès au flanc oriental de la montagne puis… se laisser happer pour de bon par l’apesanteur. Raide, bien raide, la pente des deux couloirs qui se dessinent nettement oscille d’abord entre 35°et 38°. Le droit à l’erreur est ici réduit. Le run, délicieusement long, ramène finalement en douceur au barrage de Cleuson, puis à Siviez. Mission accomplie. Reste le Graal bagnard, chasse gardée des pros: le Bec des Rosses (3222 m). Une promesse de runs interminables sur des pentes d’une raideur désobligeante pour tous ceux qui affichent la moindre faiblesse technique…

www.guideverbier.com
www.essverbier.ch/freeride

FacebookTwitterEmailPinterestAddthis