Zermatt

Un hiver comme les autres

Texte Claude Hervé-Bazin / Photo Thomas Crauwels
Date de parution hiver 2020-2021

Le message est clair et ambitieux : contrairement à de nombreuses autres stations, Zermatt veut une saison d’hiver 2020-2021 aussi ouverte et passionnée qu’à l’accoutumée. Le CEO des Zermatt Bergbahnen (Société des remontées mécaniques), Markus Hasler, fait le point avec nous sur les principaux axes de cette politique proactive.

Comment la Société des remontées mécaniques de Zermatt a-t-elle vécu cette année 2020 ?
Jusqu’au confinement, Zermatt s’apprêtait à engranger une nouvelle saison record. La fermeture subite et complète des installations le 14 mars nous a obligés à nous réorganiser, en divisant par deux nos équipes et les faisant alterner pour respecter les normes anti-Covid. Nous avons ainsi pu continuer l’entretien des installations et rouvrir en toute sécurité dès le 7 juin — en nous concentrant sur la clientèle suisse. Le soutien indéfectible de nos partenaires financiers nous a parallèlement permis de sécuriser nos plans d’investissement et de poursuivre sur la lancée de nos projets en cours.

Parlez-nous de ces projets…
La télécabine de Kumme, qui devrait être inaugurée ce 20 décembre, sera la première installation autonome de ce type en Suisse. Elle reliera Tufternkehr au Rothorn en deux sections et disposera d’un système d’enneigement étendu jusqu’au bas des pistes, stimulant tout le secteur. Quant au Matterhorn glacier ride II, qui reliera d’ici l’été 2022 le Klein Matterhorn (CH) à Testa Grigia (I), il s’intègre dans le projet exceptionnel de l’Alpine-X, qui permettra de survoler intégralement les Alpes de Zermatt à Cervinia, avec escales en cours de route ! Cette liaison — la plus haute du massif – devrait favoriser un développement important du tourisme estival, en particulier étranger. Si aujourd’hui 25 % de nos revenus sont générés l’été, nous comptons atteindre 30 % dans les 3-4 années à venir.

La gestion au quotidien a-t-elle beaucoup changé ?
Pas tant que ça, même si nous avons appris à nous adapter au jour le jour. Dans tous les espaces clos confinés, employés et visiteurs portent désormais le masque. Et la désinfection des espaces communs, remontées incluses, a naturellement été renforcée.

Quelles perspectives pour la période à venir ?
L’année a été et demeure très particulière, pleine d’incertitudes. Nous sommes toutefois optimistes et restons convaincus d’un rebond futur du tourisme. La crise sanitaire passera. Cet hiver, sous réserve d’éventuelles nouvelles mesures restrictives indépendantes de notre volonté, le domaine de  Zermatt sera intégralement ouvert. Et pour rassurer les visiteurs, nous proposons des conditions d’annulation élargies : un forfait non utilisé pour cause de Covid, de quarantaine ou d’interdiction d’accès au territoire sera remboursé sous forme de voucher. Cet hiver, la clientèle suisse est clairement notre priorité. Peut-être d’ailleurs connaîtrons-nous le même boom que l’été dernier ?

Pouvez-vous d’ores et déjà tirer un bilan économique de la crise sanitaire ?
En raison de la fin anticipée des opérations au printemps, la saison 2019-2020 s’est soldée par une perte financière d’environ 15 millions de francs — que nos réserves nous ont permis d’absorber. Nous avons néanmoins pris l’initiative de compenser intégralement la réduction de 20 % de salaire de nos employés passés en temps partiel. Cet hiver, les incertitudes et l’absence de visiteurs étrangers devraient se traduire par une réduction de chiffre d’affaires de l’ordre de 25 %. Mais tout dépendra aussi de la météo !

matterhornparadise.ch