The Omnia

Design de la tête au pied

Texte Valérie Perren / Photo The Omnia
Date de parution Hiver 2018-2019

Refuge contemporain dominant les toits enneigés de Zermatt, l’hôtel The Omnia s’arrime avec majesté au-dessus du cœur du village, sur un surplomb encadré de sapins. Une situation panoramique privilégiée qui va de pair avec une tranquillité à toute épreuve. On ne manque de rien à l’Omnia ; son nom latin, signifiant « tout », le dit d’ailleurs bien… Un présage pour cet établissement couronné en 2018 Leading Boutique Hotel de Suisse aux World Travel Awards pour la ­deuxième année consécutive.

Auf dem Fels… Sur la falaise… L’Omnia se perche sur son piédestal offrant, depuis sa terrasse panoramique, où l’on se love dans une couverture en fausse fourrure, une vue grandiose sur Zermatt et les montagnes qui lui servent de décor. Poussons la porte. Est-ce un lobby ou une bibliothèque ? Un peu des deux. Une chose est sûre : on pourrait y passer des heures à paresser, bercé par les crépitements de la cheminée. À l’intérieur, le granite, le cuir, le chêne clair et le camaïeu de taupe, gris et blanc convergent dans une esthétique sensuelle pensée avec une rigueur toute scientifique. Rien ici n’est laissé au hasard. Chaque matériau, chaque élément du cadre, chaque détail se combinent dans une alchimie qui concourt à l’identité du lieu.
Le design de l’Omnia reflète un authentique dialogue des cultures. L’architecte new yorkais Ali Tayar (décédé en 2016) y a réinterprété les grands mountain lodges d’outre-Atlantique sur des notes alpines (très) épurées. Si les matériaux et le savoir-faire puisent leurs racines dans la tradition valaisanne, l’espace intérieur, lui, s’inspire largement de l’esthétique du modernisme américain. La majeure partie des aménagements intérieurs a été spécialement conçue par l’architecte pour l’hôtel. D’élégants meubles sobres, inspirés pour certains d’esquisses de Mies van der Rohe, le pape germano-américain du Bauhaus, entrent ici en résonance avec le mobilier modulable USM — une entreprise familiale fondée en 1885 à Munisenges (BE), devenue symbole du design contemporain suisse (ses créations sont même exposées au Musée d’Art moderne de New York !). Ses fondamentaux ? Une qualité, une précision et une fiabilité hors pair, faisant écho à une finition soignée, à des matériaux raffinés, des lignes claires et épurées — des valeurs fondamentales qui font écho à celles d’Omnia.
Ici, pas de numéros : les 18 chambres (de 24 à 45 m2) et les 12 suites (70-110 m2) n’ont rien des habituelles reproductions à l’identique. De disposition et de tailles différentes, elles disposent pour certaines d’une cheminée ouverte, d’un poêle, d’un Jacuzzi ou d’un sauna privé. Mieux encore ? Une élégante salle de bains vitrée tournée vers les montagnes et, dans les deluxe, un balcon toisant le Cervin.
Le restaurant, simplement baptisé The Omnia, joue la même partition d’épure sur fond d’esprit local, avec sa cheminée ouverte, ultra-sobre, ronronnant derrière son mur de granite et sa réserve de bûches bien empilées. Formé à l’école française, le chef Hauke Pohl y sert une cuisine contemporaine aux accents tantôt cosmopolites, tantôt régionaux, faisant la part belle aux produits de saison.
Côté wellness, il en vient de partout. Sauna finlandais, bain turc (hammam), caldarium, plusieurs grandes civilisations apportent leur pierre à l’édifice de la relaxation. Surplombée par une terrasse panoramique, fermée par d’immenses baies vitrées ouvertes sur le panorama, la piscine tout en longueur se prolonge vers l’extérieur. Pour aller prendre le frais, c’est simple : il suffit de plonger sous la paroi ! Là, dehors, les montagnes règnent, le Cervin tenant compagnie au Jacuzzi.

www.the-omnia.com

FacebookTwitterEmailPinterestAddthis