Les remontées mécaniques

se mettent au vert

Texte Sophie de Charbevel / Photo Marco Schnyder
Date de parution hiver 2020-2021

Conscientes des défis écologiques liés à l’exploitation de leur exceptionnel cadre naturel, les Zermatt Bergbahnen s’impliquent depuis 20 ans pour réduire leur empreinte, en investissant jusqu’à 1 million de francs annuellement. Une démarche de long terme à saluer.

Parmi les plus hautes stations d’Europe, Zermatt craint beaucoup moins que d’autres le manque de neige et le réchauffement climatique (ce qui n’empêche pas 80 % du domaine d’être couvert par des systèmes d’enneigement artificiel, hors glaciers). Pour autant, la Société des remontées mécaniques de Zermatt a adopté dès 2002 une politique environnementale volontaire, développée autour de trois axes principaux : l’utilisation économe des ressources, une politique énergétique globalisée et un effort de renaturation.
En toile de fond, des investissements réguliers permettent à la station de se doter d’infrastructures dernier cri aux technologies plus efficientes. Transport, canons à neige, construction, restauration, acquisition et entretien des véhicules, tous les aspects du quotidien ont été pris en compte pour réduire la consommation énergétique et essayer d’adopter un mode de fonctionnement aussi eco-friendly que possible. Un exemple : le carburant eco-speed des 68 engins de la station est plus cher, mais 11 à 13 % moins polluant. Pour leurs besoins énergétiques, les Zermatt Bergbahnen s’appuient sur l’importance locale de l’hydroélectricité, mais la société mise aussi sur le solaire — qui chauffe et alimente désormais en électricité le restaurant du Matterhorn glacier paradise (édifié selon les standards Minergie-P), la station du Trockener Steg et celle, plus récente, de la télécabine du Matterhorn glacier ride. Le premier, perché à 3’883 m, dispose même de sa propre station d’épuration microbiologique, qui filtre et recycle les eaux usées. Un petit exploit à cette altitude !
Autre axe important, la renaturation concerne l’ensemble du domaine touché par des travaux. Un inventaire détaillé a été dressé et des actions peu à peu entreprises pour revégétaliser des secteurs anciennement abimés ou pollués. À ce jour, plus de 85 % d’entre eux ont déjà fait l’objet d’une intervention ! De vieilles installations ont été entièrement démontées — et leurs câbles recyclés pour construire des ponts en Asie ! Une démarche qui a valu aux Zermatt Bergbahnen de recevoir en 2015 le Prix Suisse de la Revégétalisation.

matterhornparadise.ch