La Cordée

des Alpes

Une incantation à la montagne

Texte Claude Hervé-Bazin / Photo La Cordée des Alpes
Date de parution Hiver 2017-2018

Sous les toits enneigés de ce gros chalet à l’ambiance feutrée se joue une partition digne des meilleurs Small Luxury Hotels of the World.

Si les sommets enneigés sont bien là, on est loin du confort spartiate des refuges de montagne. A La Cordée des Alpes, le ton serait plutôt au luxe confidentiel, dans une ambiance chaleureuse et tournée vers le bien-être. Le raffinement passe ici par un décor intérieur au design contemporain, infusé d’une multitude de discrètes touches nostalgiques ramenant aux Alpes d’un passé révolu : une paire d’anciens skis patinés par le temps délicatement posée contre un mur, des pans et meubles de vieux bois, des balcons ciselés tels des pièces de dentelle. « Nous nous sommes inspirés des hôtels du début du siècle dernier. Mais nous n’avons pas pour autant oublié les exigences d’un établissement moderne ! », explique le propriétaire Marcus Bratter, Suisse d’origine australienne (à qui appartient aussi le proche Nevaï).

Dans ce décor cosy façon chalet, on se sent rapidement chez soi — voire mieux que chez soi ! Dans les 32 chambres et suites, les couettes gonflées comme des nuages, les oreillers au moelleux consommé, les plaids invitant à se blottir dessinent autant de parenthèses invitant à la détente. Dans le prolongement s’ouvrent coin salon avec cheminée, vaste salle de bains, balcon déroulé face au panorama alpin.

Un spa pour enchanter les soirées
La quête du bien-être se poursuit au spa, en sous-sol. On s’y laisse glisser à l’eau dans le jacuzzi ou pour quelques longueurs de bassin dans la piscine de 15 m, nichée sous de hautes voûtes montagnardes. Hammam et sauna complètent l’ensemble. Muscles endoloris ? On s’abandonne à des mains expertes au Spa Cinq Mondes et Karin Herzog pour un soin bio, façon massage délassant aux plantes aromatiques des alpages du Napf — les adeptes de l’intimité absolue le privatiseront. On reprend ensuite ses esprits dans une chaise longue près de la cheminée, avec vue panoramique sur les cimes.

Une table de prestige
La quête des sens se poursuit le soir au restaurant gastronomique La Cordée, naviguant entre brasserie urbaine, compartiments cosy, poutres apparentes et fenêtres parées de volets sculptés rappelant l’environnement alpin.
Le bar est le poste privilégié pour admirer Fabrice Taulier et sa brigade dans leur grande cuisine ouverte. Formé par les meilleures tables (2 et 3 étoiles Michelin), notamment auprès de Joël Robuchon, le nouveau chef, cannois d’origine, ne manque pas de références : il a œuvré au Royal Plaza à Montreux, au Grand Hôtel du Lac à Vevey, au Mirador Kempinski… Sa cuisine ? Une ode aux produits locaux, méticuleusement sourcés auprès des éleveurs, fromagers et producteurs valaisans et suisses, pour une gastronomie française réinterprétée sur lit d’audaces contemporaines. Pour un brin d’originalité supplémentaire, on peut même se laisser inviter à la « table du chef », accueillant jusqu’à cinq convives dans les cuisines !

Hôtel et résidence
Au sein de la Cordée des Alpes, se niche également une poignée de vastes appartements privés, pour partie disponibles à la location à la journée ou à la semaine. Comportant deux ou trois chambres, ils peuvent accueillir jusqu’à six personnes, et bénéficient d’un service de conciergerie personnalisé – qui permet, par exemple, d’organiser la restauration sur place, de réserver des cours de ski privés ou un guide de montagne. Ces appartements de haut standing bénéficient des mêmes services (petit-déjeuner, navettes vers les pistes, etc.) que les chambres. Le grand luxe.

www.hotelcordee.com

FacebookTwitterEmailPinterestAddthis