La cabane du

Mont-Rose

à peau de phoque

Texte Laurent Grabet / Photo Martin Ruetschi
Date de parution Hiver 2017-2018

Inaugurée en 2009, la Nouvelle Cabane du Mont-Rose (CAS), presque autosuffisante sur le plan énergétique, attire tous les regards avec ses lignes design révolutionnaires. Elle s’impose comme une superbe destination en ski de randonnée — le temps d’une nuit inoubliable.

Parmi les nombreuses petites randonnées à ski de la région de Zermatt, celle montant à la Nouvelle Cabane du Mont-Rose occupe une place à part. L’itinéraire, relativement peu exigeant physiquement et donc largement accessible, traverse des paysages grandioses dévoilant une multitude de glaciers et de sommets mythiques. But ultime de l’opération: découvrir ce refuge high-tech construit en 2009, fleuron de l’architecture alpine. Ceux qui manquent d’expérience s’attacheront naturellement les compétences d’un guide de montagne professionnel.

Refuge et objet de recherche
L’approche n’a rien du parcours du combattant. Si l’itinéraire complet par le Gornergletscher demande 5 h d’efforts depuis Zermatt, il n’en faut que 4 h de Furi, 2 h 30 depuis l’arrêt Rotenboden du mythique Gornergrat Bahn et 1 h 30 seulement depuis la station supérieure de la télécabine du Stockhorn.

En ligne de mire, l’impressionnante cabane octogonale, posée à 2883 m d’altitude, est cernée par une ronde sublime d’une vingtaine de sommets de plus de 4000 m. Ce bijou architectural, surnommé le « cristal de roche », est né d’un projet lancé en 2003 pour célébrer le 150e anniversaire de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Lové au pied de la Pointe Dufour, il a été conçu pour résister à des rafales de 200 km/h. Haut de 18 m, il présente une structure écologique (labellisée Minergie-P) tout en bois recouverte de fenêtres, d’aluminium et de 180 m2 de cellules photovoltaïques qui lui permettent d’atteindre une autonomie énergétique de 92%. Plus qu’un refuge pour les alpinistes et skieurs, c’est aussi un test grandeur nature pour les ingénieurs en énergie et technique du bâtiment.

En route vers la Pointe Dufour
Sur la terrasse, où le soleil semble si volontiers s’inviter, le regard accroche Castor et Pollux, Breithorn, Cervin et glaciers du Gorner et du Grenz. Certains n’y font qu’une escale diurne, le temps de s’en mettre plein les yeux. D’autres choisissent de passer la nuit sur place. Leur but ? S’attaquer le lendemain à la longue montée vers la Pointe Dufour, qui veille sur la Suisse du haut de ses 4634 m.

Mieux vaut s’y prendre à l’avance pour avoir le luxe de passer la nuit dans l’une des chambres de 3 à 8 personnes du refuge — dotées de matelas confortables de 75 cm de large. La cabane du Mont-Rose n’est en effet ouverte que de mi-mars à mi-mai, puis de juillet à mi-septembre, et elle ne désemplit guère durant ces périodes. A mille lieux des refuges de grand papa, on y trouve même des douches chaudes et des toilettes intérieures… Le comble du luxe dans cet univers de haute montagne.

www.neuemonterosahuette.ch
www.section-monte-rosa.ch/fr/c...
Plus d’informations pour préparer cette sortie ou d’autres :
www.alpincenter-zermatt.ch
www.meteosuisse.admin.ch
map.geo.admin.ch(cartes topographiques)
www.slf.ch (bulletins d’avalanches)


FacebookTwitterEmailPinterestAddthis