Étude Nespresso sur la culture du café au travail en Suisse


Date de parution 10.09.2019

Le café joue un rôle clé dans la vie professionnelle des Suisses. Comme le montre une récente enquête de Nespresso*, plus de la moitié des salariés suisses considèrent qu’un bon café est une marque de reconnaissance de la part de leur employeur. De plus, les pauses-café prises en commun renforcent l’esprit d’équipe et favorisent la coopération au sein d’une entreprise. Et pour tout un chacun, boire un café est une petite pause plaisir que l’on s’accorde durant sa journée de travail et qui contribue à son bien-être personnel.

Comme le montre une enquête représentative réalisée par Nespresso auprès de 1’000 personnes actives en Suisse, le café fait partie intégrante de la vie au travail. Selon cette même enquête, 80 % des salariés boivent du café au travail, à savoir deux tasses par jour en moyenne. Cette étude cherchait également à savoir ce qui compte pour la satisfaction et la motivation des Suisses dans leur travail au quotidien.

Des amateurs de café satisfaits
Les salariés suisses sont des amateurs de café exigeants mais satisfaits dans l’ensemble. 77 % des personnes interrogées s’estiment plutôt satisfaites à très satisfaites de la qualité du café sur leur lieu de travail. Les salariés ayant accès à une machine à capsules étant largement plus satisfaits de la qualité du café sur leur lieu de travail (38 contre 31 %) et nettement moins mécontents que ceux qui ne bénéficient pas d’une telle machine (6 contre 10 %). Au travail, les Suisses boivent généralement un café tout à fait classique sans grande originalité : espresso (65 %), café crème (54 %) et café au lait (40 %) sont les variétés de café les plus consommées au travail. 72 % des sondés préfèrent une machine à capsules à un automate. Parallèlement, près des deux tiers des personnes actives, et plus particulièrement les cadres dirigeants (79 %), estiment qu’il est important voire très important de proposer à ses clients et ses visiteurs un café de qualité. « L’enquête montre les effets d’un bon café sur le lieu de travail. Nespresso Professional, c’est le plaisir de savourer un café de grande qualité au travail. Avec les nouvelles machines Momento, nous élargissons les possibilités pour les collaborateurs de se préparer un café tout en tenant compte des besoins des lieux de travail modernes avec une grande consommation de café », explique Sebastian Vazquez, B2B Commercial Director chez Nespresso Suisse. « Elles allient design innovant et technologie de pointe et offrent aux collaborateurs des instants café uniques et à l’entreprise une valeur ajoutée durable. »

Le café comme marque de reconnaissance
Trois salariés suisses sur quatre déclarent être assez voire très satisfaits de leur poste et de leur employeur actuels. Le café a un effet positif sur la satisfaction des employés, et ce de différentes manières. Pour plus de la moitié des salariés (51 %), la disponibilité d’un bon café sur le lieu de travail est un signe de reconnaissance de la part de leur employeur. La reconnaissance est d’ailleurs le facteur de motivation et de satisfaction le plus important pour les collaborateurs (91 %). Tout aussi important pour le bien-être et la motivation : avoir un bon patron ou une bonne patronne (90 %) et avoir la possibilité de s’investir dans son travail et d’être entendu (86 %). Un salaire élevé n’est mentionné qu’en cinquième position. Pour près de 40 % des actifs, un café de qualité fait partie des facteurs déterminants pour le bien-être au travail. Pour eux, le café est plus important que de disposer d’une cantine, d’une coupe de fruits gratuite ou d’un distributeur d’en-cas.

Les pauses-café conjointes favorisent la collaboration
Le monde du travail évolue à une vitesse folle. Les progrès techniques nous permettent aujourd’hui de travailler à toute heure et de n’importe où. Malgré cela, ou peut-être justement à cause de cela, pouvoir échanger en personne avec ses collègues de travail devient plus important que jamais. S’ils avaient à choisir, 91 % préféreraient prendre une pause-café avec des collègues plutôt que d’avoir accès à Facebook sur leur lieu de travail. Six salariés sur dix estiment que les pauses-café sont une occasion d’approfondir leurs relations avec leurs coéquipiers. Cela vaut aussi pour les relations entre équipes et au-delà des différentes hiérarchies : près des deux tiers des salariés sont d’avis que les pauses-café prises en commun favorisent les échanges entre les équipes au sein de leur entreprise. Et plus de la moitié pensent que des pauses-café avec leur supérieur renforcent la coopération.

De la diversité dans le travail au quotidien

Par ailleurs, déguster un bon café contribue au bien-être de tout un chacun dans son travail au quotidien. C’est ainsi que 69 % des personnes interrogées déclarent boire du café pour s’offrir un petit instant de répit et sortir de leur bureau. Pour cinq salariés sur dix, la pause-café est un bon moyen de déstresser. Plus de la moitié indiquent se sentir plus productifs après une pause-café et 47 % ont déjà eu des idées créatives pour leur travail durant la pause-café.

Le plaisir du café au travail : un rituel indispensable
En Suisse, la population active consomme en moyenne un peu plus de deux tasses de café par journée de travail. Pour les salariés, le plaisir du café compte avant tout. 81 % déclarent boire du café parce qu’ils en apprécient le goût. La deuxième raison la plus fréquemment citée (69 %) est l’effet pause liée au café. Pour près de la moitié d’entre eux, la pause-café prise avec leurs collègues est un élément important de leur journée de travail. Le résultat suivant montre aussi l’importance du facteur plaisir : un peu plus de la moitié des salariés interrogés préfèrent un bon café à une assistance informatique rapide.
Cette enquête souligne l’importance d’un café de qualité sur le lieu de travail et le rôle tenu par les pauses-café et les rituels du café dans le monde moderne du travail, car ils ont un impact majeur sur la satisfaction des employés et apportent ainsi une valeur ajoutée non seulement aux employés mais aussi aux employeurs.

www.nespresso.com/momento

FacebookTwitterEmailPinterestAddthis