Air Zermatt Profession: aventuriers de haut vol

Air Zermatt Profession: aventuriers de haut vol

Profession: aventuriers de haut vol

Texte
Daniel Bauchervez
Copyright
Air Zermatt
Parution
hiver 2020-2021

Confrontés aux situations les plus extrêmes, les pilotes des hélicoptères d’Air Zermatt ont fait la renommée de cette compagnie rare et engagée, récipiendaire de plusieurs Heroism Awards.

Les alpinistes blessés ou livrés à leur sort en altitude ont immanquablement l’impression d’un petit miracle lorsque retentit dans le ciel l’écho de l’appareil d’Air Zermatt. La compagnie, fondée en 1968 pour faire face aux situations d’urgence dans la vallée et en montagne, s’est depuis diversifiée. Ravitaillement des cabanes, construction en altitude, survols touristiques, transferts, héliski permettent désormais de financer les évacuations sanitaires.

Une année atypique
L’année 2020 a commencé sur les chapeaux de roue. Entre janvier et mars, Air Zermatt a assuré plus de 600 missions de sauvetage — pour une moyenne annuelle d’environ 1’800. Le confinement a ensuite vu les interventions chuter drastiquement. «Seuls trois patients atteints du Covid-19 ont dû être évacués de Zermatt vers des hôpitaux de la région» lors de la première vague printanière, précise Gerold Biner, directeur de la compagnie depuis une décennie. Puis, à partir de mai, le retour progressif à la normale a vu les appareils rouge et blanc de la compagnie multiplier les allers et retours sur le chantier de la télécabine de Kumme, reliant Tufternkehr au Rothorn, qui doit remplacer la précédente emportée par une avalanche en 2018. Soucieux de contribuer à la relance du tourisme, Air Zermatt a ensuite fait carton plein, cet été, en proposant une réduction de 10% sur les tarifs habituels de ses vols panoramiques. Résultat: quelque 160 personnes sont venues, chaque jour, tutoyer le Cervin et le mont Rose à bord de ses hélicoptères. Si l’année a, comme pour tout le monde, été difficile, Air Zermatt s’en tire donc plutôt bien, avec un chiffre d’affaires réduit de «seulement» 25 à 30%.

Simulateur et récompenses
À aucun moment l’entreprise n’a cessé d’aller de l’avant. Le rachat d’Air-Glaciers, autre acteur historique suisse du sauvetage en montagne et des vols en hélicoptère, a déjà permis de réaliser d’importantes économies d’échelle — même si les deux compagnies continuent chacune de voler de leurs propres ailes, sous leur propre nom. Profitant du temps mort du confinement, Air Zermatt a parallèlement redonné un coup de jeune à son terminal de Zermatt. Et investi du temps dans un simulateur de vol expérimental développé en partenariat avec l’entreprise de réalité virtuelle VRM Switzerland. Le but? Créer un outil pointu et précis permettant de s’entraîner pour les vols de montagne et les interventions d’urgence.
«S’il faut d’abord réussir à traverser la crise sanitaire», temporise Gerold Biner, tous les autres indicateurs sont au vert pour la compagnie. Le boss lui-même a attiré les projecteurs cet été lorsque la Fondation Divisionnaire F. K. Rünzi lui a remis son grand prix, distinguant l’œuvre d’une personne ayant fait honneur au canton du Valais… Une preuve de plus, s’il en fallait, du caractère essential d’Air Zermatt et de ses hommes dans les cieux du Mattertal.

air-zermatt.ch